Quand vouloir aider… n’est pas une aide

by Ling-en Hsia

in Vie sociale

superman

Même Superman a eu des rejets...

Il y a 5 ans, j’étais attiré par une fille qui n’habitait pas dans ma ville.
Notre relation (non amoureuse) était donc principalement virtuelle et électronique.

Pour séduire une fille, il faut lui porter de l’attention.

Et ma technique à  moi, c’est de chercher à  aider la fille en question par tous les moyens.
Il s’est avéré que cette fille rencontrait des problèmes avec sa famille. « Super ! Une opportunité de lui montrer ma sagesse », me suis-je dit. Cependant, ses problèmes la perturbaient suffisamment pour que cela affecte la régularité de nos conversations.

Et quand un obstacle se met entre moi et la « proie », j’essaye de le détruire.
J’ai donc commencé à  l’interroger à  mort. Par email, SMS, téléphone, pigeon voyageur. Je voulais absolument savoir quel était le problème pour pouvoir l’aider. Mais elle n’a pas voulu partager. Elle trouvait que c’était trop personnel pour m’en parler. Mais je n’ai pas lâché l’affaire…

Sauf qu’à  force de trop insister, ça l’a saoulé et du jour au lendemain, elle a coupé les ponts.

J’étais :O

Pourquoi réagit-elle comme ça alors que j’essaye de l’aider ?

Je comprenais pas car on passait vraiment du bon temps ensemble. (pour des ados ça veut juste dire qu’on rigolait beaucoup)

C’est seulement des années après qu’on s’est expliqué sur cet incident. Elle m’expliqua que son silence soudain a été provoqué par mes questions incessantes et oppressantes. J’étais devenu relou. (merci les MSN Messenger, Facebook et Gmail…)

La relation d’aide. Toute une science.

La relation d’aide ça te dit quelque chose ? C’est Jacques Poujol qui a introduit cette branche de la psychologie grâce à  son Manuel de relation d’aide.

Une des règles importante est la suivante: il ne faut pas chercher à  aider quelqu’un sans avoir eu son accord au préalable. Sinon on prend le risque de passer du statut du « sauveteur » à  celui de la « victime » et rentrer dans un triangle dramatique.

Je t’invite à  réfléchir sur les quelques scénarios suivants:

– Un homme et une femme se disputent. Le premier hausse gravement le ton. Tu vas aider la femme. L’homme ET la femme s’en prennent à  toi.

– Deux personnes sont sur le point de se bagarrer. Tu t’interposes pour aider le plus faible. Le plus fort s’en prend alors à  toi et te met une baffe.

– Ta femme te raconte un problème. En même temps, ton cerveau est en train de pondre une solution complexe, comprenant un plan A et un plan B, à  son problème. Avant même qu’elle finisse son exposé, tu débarques en héro et tu lui présentes ta brillante idée. Elle n’est alors pas du tout réceptive et te critiquera de ne pas l’avoir écoutée.

Le point commun de ces 3 trois situations: Tu as pris l’initiative d’aider sans avoir eu la permission de l’autre. Cette permission ne sera pas toujours verbalement formulée par la « victime. » La difficulté réside alors dans sa perception.

Attention, je ne dis pas qu’il faille attendre que la grand-mère te demande sa place dans le bus avant de la lui céder. Ni d’attendre que ta mère te demande de faire la vaisselle pour la faire. À toi d’utiliser ton intelligence pour déterminer si c’est le bon moment ou pas.

Et attention, avec les filles ça se complique encore plus…

La prochaine fois que tu veux aider, pose-toi les questions suivantes:
– Est ce que la personne que tu veux aider est en train de te demander une solution ou cherche t-elle simplement une oreille pour écouter ? Une fois que la personne a vraiment fini de parler, demande-lui si tu peux lui exposer tes idées.
– Est-ce que ton aide commence à  mettre mal à  l’aise l’autre ? C’est un signe que tu es en train d’en faire trop. Dès lors, appuie sur le frein.
– Est-ce une fille ? Sache que l’émotionnel peut prendre le dessus sur le rationnel chez les femmes. Alors ne t’agace pas quand elles se comportent de manière insensée parfois ! Les hommes et les femmes, nous sommes différents et nous percevons donc les choses de manière différente.

Un encouragement que j’aimerais te donner:

Surtout ne jamais se décourager quand ça se passe mal ! Surtout pas quand tes intentions sont bonnes. Des boulettes, tu en fais et tu en feras toujours. Il s’agit simplement de réviser un peu sa méthode. Se contenir un peu plus et agir avec sagesse. Se mettre à  la place de l’autre et montrer de l’écoute avant tout.

J’espère que la lecture de cet article te fera réfléchir un peu plus. Et pour ma part, de l’avoir publié me force à  faire encore plus attention les fois prochaines.

Bon courage et continue à  faire le bien autour de toi !

Tu as une question ou une réaction ? N’hésite pas ! Il suffit de laisser un commentaire ci-dessous:

{ 3 comments… read them below or add one }

Stéphane juin 21, 2012 à 12 h 42 min

Intéressant ce petit billet Ling-en. En effet, une aide trop insistante peut être perçue comme intrusive. La plupart des personnes qui « se plaignent » attendent avant tout d’être écoutées et aussi comprises. Certaines ne veulent pas vraiment être aidées, ce qui peut parfois surprendre.

Répondre

Ling-en Hsia juin 22, 2012 à 23 h 51 min

Salut Stéphane,

la manière dont tu dis ça montre que tu t’y connais très bien.
Moi j’ai appris ça de Jacques Poujol: http://www.relation-aide.com/accueil.php
Et toi ? De ta propre expérience uniquement ?

Les gens veulent avant tout qu’on les écoutent et qu’on leur montre de l’amour de la manière dont ILS se sentent aimés. C’est parfois donc très différent de la manière dont on veut exprimer notre amour. C’est très compliqué, mais il faut donc connaitre les besoins et la personnalité de l’autre d’abord…

🙂

Répondre

Stella août 23, 2016 à 11 h 29 min

C’est très intéressant ce que je viens de lire, parce que j’ai l’impression depuis quelques jours d’avoir heurté mon petit ami en voulant l’aider.
Je m’explique. On se connait depuis le lycée, on est tout de suite tombé amoureux. depuis quelques années, il vit en France d’où il est parti pour ses études et maintenant il y travaille. C’est quelqu’un de très réservé, qui hésite beaucoup et un peu timide… c’est des choses que j’aime en lui.
On a commencé a parlé mariage depuis un moment mais sans que l’on passe réellement en action. Mais dans ma culture, tout dois commencer avec la famille… la dot! J’ai donc décidé de prendre les choses en main et lui organisé un rdv avec ma mère et mes sœurs histoire qu’il leur raconte ses intentions par rapport à moi et ce sera un pas de franchi.
Lorsque je le lui appris, il semblait d’accord mais a fini par me dire un jour après que : « Tu m’a pris de cours en organisant cette rencontre ». Sur le coup j’ai pas compris pourquoi il le prenais comme ça mais maintenant j’ai l’impression que j’ai heurté sa sensibilité et que je sais pas comment me rattraper.
Je l’aime et c’est l’homme de ma vie. Je sais qu’il m’aime aussi et ça m’ennuie qu’il tarde à prendre les décisions pour nous. On ne vit pas dans le même pays et ça ne me rassure pas laisser passer du temps. Mais je ne veux pas lui forcer la main non plus. Que dois-je faire?

Répondre

Leave a Comment

Previous post:

Next post:

Real Time Analytics